L’industrie du taxi souhaite la bienvenue à monsieur Péladeau et l’invite à une rencontre

Share

Montréal et Québec, le 25 avril 2019 – Les représentants de l’industrie du taxi souhaitent la bienvenue à monsieur Pierre Karl Péladeau et aux Placements St-Jérôme, qui semblent sur le point d’acquérir Taxelco.

« Nous leur souhaitons la bienvenue. Si la transaction est approuvée, nous espérons que monsieur Péladeau défendra les intérêts de l’industrie, des propriétaires de permis et des chauffeurs de taxi. Actuellement, le projet de loi 17 ébranle les bases mêmes de notre industrie, pour enrichir une multinationale sans foi ni loi et appauvrir les Québécois. Nous souhaitons en discuter avec monsieur Péladeau, » explique Michel Aboujaoudé, François Cyr, Abdallah Homsy, Wilson Jean-Paul et Serge Lebreux, porte-parole de l’industrie. Les représentants de l’industrie invitent monsieur Péladeau à une rencontre très prochainement, afin de discuter des tenants et aboutissants du taxi et de l’impact du projet de loi 17 sur le Québec.

En rencontre au MTQ

Les représentants de l’industrie étaient justement en rencontre aujourd’hui pour discuter avec les dirigeants du MTQ des effets du projet de loi 17. Il est important de rappeler que le projet de loi propose :

  • L’abolition des permis de taxi;
  • L’élimination des quotas liés aux territoires de taxi;
  • La destruction d’un actif québécois d’une valeur de 1,3 milliard de dollars;
  • Un plan de compensation de 800M$ sur 5 ans;
  • Une déréglementation complète spécifiquement destinée à favoriser l’arrivée de multinationales comme Uber et Lyft;
  • La disparition du métier de chauffeur de taxi et l’appauvrissement de tous les travailleurs de l’industrie.

– 30 –

À propos de l’industrie du taxi

L’industrie du taxi du Québec compte environ 9000 détenteurs de permis de taxi et 12 000 chauffeurs. Collectivement, les permis de taxi valaient, en décembre 2014, au moment de l’arrivée d’Uber au Québec, 1,3 milliard de dollars selon les chiffres de la Commission des transports du Québec. Le projet de loi 17 détruit le gagne-pain de tous ces travailleurs, puisqu’aucun d’entre eux ne nous pourra en vivre lorsque l’industrie sera déréglementée. Ce communiqué est envoyé au nom de l’AHTT, l’ATRQ, du CPCDIT, du RITQ, du RTAM et des TGM.